Dr Lydia Müller, psychanalyste et amie intime de la Doctoresse Kousmine
« Catherine Kousmine disait que le traitement de toute SEP (sclérose en plaques) devait être accompagné d'une psychothérapie afin de montrer au patient où est le "saboteur" ».
Dr Philip Keros, spécialiste en médecine générale, à orientation médecines dites « naturelles »
Ensemble, nous avons continué l’œuvre de la Doctoresse, structuré l’Association Kousmine et l’avons rendue Internationale, élaboré « ex nihilo » les premiers cours de nutrition destinés à des médecins, publié le bulletin de l’Association, formé des médecins en Espagne, Belgique, Italie, Argentine et Suisse…nous avons élaboré des Chartes de qualité et décerné des Labels de qualité, formé des partenariats. Nous avons alors continué dans cette lignée avec la création du Centre Kousmine intégré à Vevey en Suisse.
David Magistrale, patient du Centre Médical Kousmine de Vevey (SEP et cancer)
« … j’ai choisi la direction qui m’a mené vers une remise en question complète de ma façon de m’alimenter, de penser et de vivre. Comprendre les besoins du corps, de l’esprit et du cœur. Se nourrir de choses saines, belles et vraies ».
Dr Alain Bondil, médecin homéopathe et nutritionniste, 1er élève de la Doctoresse Kousmine
« Elle note tout. L’histoire du malade mais aussi ses habitudes alimentaires, ses antécédents et ceux de sa famille, recherchant ainsi les dispositions aux maladies dégénératives. Comme une institutrice elle remet à chacun de ses malades un petit cahier d’écolier sur lequel figure la date de la consultation, les conseils alimentaires, le traitement ».
Dre Dominique Eraud, médecin, acupunctrice et nutritionniste, élève de la Doctoresse Kousmine
« 2 questions sont systématiquement posées : La première sur l'alimentation. Plus précisément sur le suivi du petit-déjeuner - obligatoire -, … … La seconde sur le lavement ! - obligatoire- … Trois par semaine pour certaines maladies (dont la sclérose en plaques). Ce qui me surprend c'est la précision des détails qu'elle exige … Questions encore - insistantes - sur les selles : quantité, consistance, couleur, odeur, fréquence… Je n’avais jamais passé autant de temps en consultation sur les « selles » … !!!!! »
Un médecin, élève de la Doctoresse Kousmine
« Sa première démarche devant une maladie grave quelle qu'elle soit était de modifier le plus rapidement possible la flore intestinale. Partant du principe que l'alimentation moderne avait un effet délétère sur cette flore, la transformant en une flore agressive, et sur la paroi de l'intestin qui, se trouvant fragilisée, laissait passer les agents toxiques sécrétés par la flore ».
Previous slide
Next slide